• moreati.fr

3 astuces pour réduire son impact numérique



L'impact carbone du numérique est au cœur des préoccupations depuis un certain temps et cela ne va pas s'arrêter notamment avec la démocratisation du télétravail, contribuant à accentuer notre utilisation d'outils numériques au quotidien.

Mais disons-le, c'est un sujet qui intrigue, on culpabilise quand notre boîte mail est pleine et on se demande s'il est préférable d'acheter un smartphone ou un ordinateur neuf ou reconditionné..


Quel est l'impact du numérique sur l'environnement ?

La fabrication d'un ordinateur portable de 2 kg émet 103 kg de CO2, sur les 156 kg émis sur l'ensemble de son cycle de vie.

600 kg de matières premières sont mobilisés pour un ordinateur portable de 2 kg et 500 kg pour une box internet.

70 matériaux différents dont 50 métaux sont nécessaires pour fabriquer un smartphone. Il y a 10 ans, les téléphones portables ne contenaient qu'une vingtaine de métaux.


Les équipements représentent 47% des émissions de gaz à effet de serre, c'est plus que l'utilisation par les consommateurs.

C'est là tout le paradoxe de l'industrie du numérique qui dématérialise en masse mais qui a besoin de beaucoup de matière.


Les centres de données ( qui stockent mails, photos, vidéos, jeux et données des entreprises) représentent 1% de la consommation électrique mondiale.

Il y en aurait 4 500 répartis sur 122 pays. La consommation d'énergie d'un centre de données est équivalente à celle de 30 000 habitants européens.

La pollution numérique est de plus en plus importante...

75% des déchets électroniques ne sont pas recyclés.

936 newsletters reçues par un français chaque année soit 9 kg de CO2 si on comptabilise leur envoi et leur stockage énergivore

La pollution double chaque année et à l'échelle planétaire le volume d'informations numériques échangées double tous les deux ans.

73% des français n'ont pas conscience de la notion d'écologie digitale.

Le déploiement progressif de la 5G va entraîner une augmentation de 18% à 45% de l'empreinte carbone du secteur numérique.

Quelques réflexes à adopter


La gestion des e-mails

1,4 milliards d'emails sont envoyés chaque jour en France. C'est un moyen de communication simple et rapide mais c'est également une source importante de pollution numérique.

L'impact de l'envoi d'un mail dépend du poids des pièces jointes,du temps de stockage sur un serveur et du nombre de destinataires : multiplier par 10 le nombre de destinataires d'un mail c'est multiplier par 4 son impact ( selon l'ADEME).

Trier régulièrement sa boîte mail ( suppression des mails envoyés, spams et courriers indésirables) et vider sa corbeille permettent d'éviter de stocker ses mails inutiles dans les centres de données.

Le temps d'écran

3 gestes à adopter pour réduire notre empreinte numérique :

- Adapter la résolution de vidéo à l'écran utilisé

- Désactiver la lecture automatique des vidéos

- Privilégier la musique téléchargée et les plateformes streaming audio plutôt que le visionnage de clips musicaux : regarder une vidéo pendant une heure c'est consommer autant d'électricité qu'un réfrigérateur pendant un an !

L'achat responsable du matériel informatique


Selon l'ADEME, 88% des français changent de portable alors que l'ancien fonctionnait encore.

Passer de 2 à 4 ans d'usage pour une tablette ou un ordinateur améliore de 50% son bilan environnemental.

La solution verte peut être d'éviter de " sur-consommer " le numérique pour permettre d'allonger la durée de vie des appareils et limiter la consommation des matières premières nécessaires à leur fabrication et source de pollution.

15 vues0 commentaire